Les élections au Burkina Faso au cœur d’une journée de réflexion de la SBDC


Le samedi 04 décembre 2021 s’est tenu un mini colloque organisé par la Société Burkinabè de Droit Constitutionnel. Venus de plusieurs universités de Ouagadougou, c’est autour du thème « Les élections au Burkina Faso » que les étudiants, accompagnés de quelques encadreurs et autorités, ont décidé de tenir cette journée de réflexion.

Pour l’occasion du mini colloque de la SBDC sur les élections, plusieurs étudiants issus des facultés de droit de la capitale burkinabè ne se sont pas faits raconter l’évènement ; décidant ainsi de prendre d’assaut l’Amphithéâtre Aimé NIKIEMA dès 09 heure.

La cérémonie d’ouverture a débuté avec la présence de plusieurs autorités, signe de l’importance que l’on peut accorder aussi bien à la SBDC qu’au thème que cette dernière a décidé de faire investiguer par les étudiants. Le directeur chargé du suivi des opérations électorales au Ministère en charge de l’Administration territoriale au Burkina Faso dira d’ailleurs tout le bien qu’il pense du présent colloque. Situant le contexte de préparation du Burkina Faso à des échéances électorales futures, il a confié qu’il est impératif de revoir le cadre légal des élections dans le pays pour une meilleure adaptation au contexte sécuritaire. Ainsi, salue-t-il la tenue de ce mini colloque qui, espère-t-il, pourra apporter des pistes de solutions à cette perspective impérieuse de modification du cadre légal. Le parrain de la cérémonie, Kayaba Aristide BERE, Directeur Général de l’Office National d’Identification (ONI), par la voix de son représentant, a félicité les organisateurs du mini colloque tout en exhortant les membres de la SBDC à rester constants et à œuvrer pour un meilleur encrage démocratique au Burkina Faso.

Dorcas SANOU, prononçant la leçon inaugurale de la journée de réflexion, s’est réjouie de la pertinence du thème des élections au Burkina Faso. Elle note des acquis démocratiques grâce aux élections dans le pays. Depuis l’adoption en effet de la démocratie libérale en 1991, des élections ont régulièrement eu lieu au Burkina Faso. Cela a pour mérite de mettre quasiment fin à la tradition des coups d’Etat dans le pays. La mise en place de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a été un vecteur de la démocratie en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier en ce qu’elle vise à créer un cadre de transparence des échéances électorales. Ce qui, in fine, légitime les autorités démocratiquement élues. Toutefois, ces acquis ne devant pas faire perdre de vue les insuffisances, Dorcas SANOU regrette le désintérêt des citoyens aux élections, la faible transparence du financement des campagnes, la persistance des fraudes électorales, l’achat des consciences ; et ce, malgré les évolutions de la législation répressive en la matière depuis 2015.

Le cadre des insuffisances ainsi posé, les étudiants, dans un exercice scientifique de recherches et de partage, ont été invités à une analyse juridique des sous-thèmes autour des élections au Burkina Faso. C’est ainsi que des étudiants des cellules de la SBDC, sous l’appellation « Action Tank » de l’Université Thomas SANKARA, l’U-AUBEN, l’Université Privée de Ouagadougou (UPO) et de l’Institut Supérieur de Droit International des droits de l’Homme (ISDIH), se sont respectivement penchés sur « les élections présidentielles au Burkina Faso », « la crise des élections au Burkina Faso », « le financement des campagnes au Burkina Faso » et « la répartition des compétences entre le juge administratif et le juge constitutionnel en matière électorale ». La fin de chaque présentation a été l’occasion de discussions entre participants à ce mini colloque. A en croire les organisateurs, les fruits des travaux seront transcrits dans le bulletin de la SBDC pour l’exploitation aussi bien scientifique que comme source d’inspiration à la prise de décision politique ou administrative.

Le cap est désormais mis sur la ville de Bobo-Dioulasso qui accueillera son mini colloque des étudiants de la SBDC le 18 décembre 2021.

La revue juridique du Faso

TARAMA Windpagnadé Gildas Vitalien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *