Procés Thomas SANKARA

Procès SANKARA : « On s’échauffait à 15 h sur le terrain de volley au sein du Conseil de l’entente, lorsqu’on a entendu des tirs » raconte l’accusé BELEMLILGA Albert Pascal Sibidi

Procés Thomas SANKARA

Ce lundi 15 octobre, BELEMLILGA Albert Pascal Sibidi a comparu au procès de l’affaire Thomas SANKARA qui a repris à la salle des Banquets de Ouaga 2000. Le premier à se présenter à la barre répond du chef d’accusation  de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat.  BELEMLILGA Albert Pascal Sibidi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a plaidé  non coupable. « On s’échauffait à 15h sur le terrain de volley au sein du Conseil de l’entente lorsqu’on a entendu des tirs » raconte l’accusé. De là-bas nous avons reçu l’ordre d’aller se changer et de les rejoindre à la FIMATS, actuel école nationale de la police, a-t-il ajouté.

<<Arrivé, on m’a envoyé faire une reconnaissance sur l’axe des rails jusqu’à Kolgnaaba.>> Il a expliqué avoir  croisé le lieutenant SOME Gaspard qui lui a déclaré  avoir tué son chef de corps.

Le deuxième accusé à la barre, DEME Djakaridja est un adjudant-chef major à la retraite. Il était Sergent au moment des faits. Il est poursuivi comme BELEMLILGA pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat. Tout comme BELEMLILGA, il a  plaidé non coupable. Il reconnaît qu’il était présent sur le terrain avec BELEMLILGA, avoir rejoint l’unité et être parti à la FIMATS. Toutefois, il affirme qu’il ne connaissait pas l’existence de cette force, encore moins qu’il s’agissait de désarmer la FIMATS. Pour lui, c’était une mission de cohabitation avec la FIMATS dans le but de protéger la population.

Revuejuris.net

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *